Section : Articles

Le thalidomide: « le plus ancien des biologiques »

Thalidomide and Analogues: Potential for Immunomodulation for Inflammatory and Neoplastic Dermatologic Disorders.

Ladizinski B, Shannon E, Sanchez M, Levis W.

J. Drugs Dermatol. 2010; 9 (7): 814-826.

  • Le thalidomide fût introduit en 1953 et  prescrit sans prescription notamment contre les nausées chez la femme enceinte. Il en a résulté de graves malformations des membres et le médicament fût rapidement interdit.
  • Du fait de cette histoire malheureuse, on principalement souvent focaliser sur les effets secondaires comme les neuropathies démyélinisantes et les effets tératogènes. Ainsi, ce médicament est difficile à obtenir (en milieu hospitalier en France par exemple).
  • Cet article explore en détail les méchanismes d’action , qui consiste en la modulation de l’activation de lymphocytes T, résultant en la diminution de libération par cette dernière de la cytokine TNF alpha. Cela ne parait pas si différent que l’uskékimumab qui inhibe les cytokines Il-12 et Il-23 qui activent normalement le lymphocyte T. Plus anecdotiquement, les autres biologiques agissent en captant le TNF-alpha (comme l’efalizumab qui a été retiré du marché en Europe pour un effet grave sur le système nerveux : leucoencéphalopathie multifocale démyélinisante).
  • Cet article montre également les indications utilisées de nos jours:
  1. Erythema nodosum leprosum
  2. Maladie de Behcet
  3. Lupus érythémateux
  4. Sarcoïdose
  5. Lymphome cutané à cellules T (Mycose fongoïde)
  6. Mélanome
  7. Prurigo actinique, histiocytose Langerhansienne chez l’adulte, stomatite aphteuse, érythème polymorphe, fièvre méditérranéene familiale, maladie du greffon-contre l’hôte, sarcome de Kaposi, Lichen plan, syndrome de Merkelsson-Rosenthal, porphrie cutanée tardive, prurigo nodulaire, pyoderma gangrenosum, syndrome de Schnitzler, infiltrat de Jessner-Kanof, prurit d’origine urémique.
  • Il présente également des indications futures  potentielles:
  1. Dermatite allergique de contact
  2. Dermatite atopique
  3. Psoriasis (…comme pour les biologiques)
  • Nous pouvons nous imaginer qu’à l’instar du thalidomide, les biologiques pourraient de part leur action très vaste sur l’inflammation avoir des effets secondaires inconnus potentiellement gravissimes (comme il a été le cas pour l’efalizumab). Toutefois, de telles découvertes ne doivent pas empêcher les progrès de la science, notamment la découvertes de nouvelles indications thérapeutiques. Comme F.D Roosevelt disait si justement: “La seule chose dont nous ayons à avoir peur est la peur elle-même.”

Category : thalidomide - Modifie le 03.27.2011