Section : Notes de congrès/conférences

Impact sur la qualité de vie de traitements utilisés en dermatologie(pour les professionnels)

Introduction
-Pommade de Brocq utilisée autrefois: beaucoup de souffrance sur les patients (crème colorée qui sent).
-Le nitrate d’argent laisse une imprégnation de couleur noire indélébile que les patients et les visitieurs voient.

Pour ce qui est du psoriasis:

-la majorité des patients ont eu un traitement local.

-les traitements sont ressentis par les patients comme:

  1. “prenant du temps” (50% des personnes évaluées)
  2. “inefficaces” (30% des cas)
  3. “plein d’effets secondaires” (30% des cas).

-compliance thérapeutique (observance):

  1. Quand le traitement est utilisé plus longtemps (semaines), elle tombe à 50%.
  2. La DLQI (Dermatology Life Quality Index) s’améliore avec la compliance au traitement sauf qu’il est difficile de les convaincre. Ainsi, 30-40% des cas, les traitements ne sont pas faits après 2 semaines. Même quand un consentement est donné dans une étude, la compliance est également diminuée. Entre le calcipotriol ou le dithranla, les deux améliorent la qulité de vie, mais dans la vraie vie il aurait fallu comparer au stéroïdes. Mais les stéroïdes ont un problème de phobie (corticophonbie). Comment améliorer la complicance: être une femme, milieu socio-culturel élevé, remboursement des traitements, relastion asvec le médecin traitant, satisfaction au traitement (le problème c’est que le patient a tendance à arrêter quand les symptômes s’améliorent)

-avec une complicance si médiocre, on a relevé les commentaires fréquents sur des médicaments topiques utilisés dans le psoriasis :

  1. goudron: “colore la peau”
  2. Dérivés de la Vitamine D, dérivés de la vitamines A, inhibiteurs de la calcineurine: “irritants”
  3. corticostéroïdes: “Efficace pas longtemps.”

Pour ce qui est de la DA (Dermatite atopique):

-le problème pour le patient est que le traitement doit être fait tous les jours : on s’est efforcé à faire des études comparant une application ou deux fois par jour, mais cela ne veut rien dire pour le patient. Les patients voudraient un traitement qui se fasse une fois par semaine ou une seule fois.

-aux substances actives s’ajoutent des huiles, bains….qui augmentent la complexité du traitement.

-La compliance dépend des substances utilisées car qualité de vie pour les patients utilisant le pimecrolimus et les stéroïdes à long terme sont différentes, car les stéroïdes sont à long terme mieux tolérés.

A noter:

-En dermatologie de manière générale, une prescription sur trois donnée au patient n’est pas utilisée.

-les patients sous-dosent leur traitement, c’est-à-dire prennent moins de quantité qu’il est prescrit.

Source de l’information: Forum d’éducation thérapeutique en dermatologie: Soins locaux au cours des dermatoses chroniques: pour une prise en charge éducative (Wolkenstein P), Journées dermatologiques de Paris 2009.