Section : Notes de congrès/conférences

Recherche dans le domaine de la pigmentation in vitro (Pour les profesionnels)

  • Mattek est une compagnie qui fabrique des modeles de peau artificiels analogues à la peau humaine en cultivant des cellules de peau provenant de donneurs humains. Les auteurs montrent son application pour l’étude de troubles de la pigmentation comme le mélasma (chloasma, masque de grossesse) et l’hyperpigmentation postinflammatoire.
  • Dans cette étude, les auteurs ont étudié le Melanoderm ™ qui est un modèle de peau en trois dimensions contenant des kératinocytes et mélanocytes humains. L’origine des donneurs (Noire, Asiatique) ainsi que leur phototype fût enregistrés.
  • Plusieurs produits éclaircissants obtenables sans ordonnance furent évalués (acide Kojique, magnesium ascorbyl phosphate or ascorbyl glucoside).
  • Les modèles furent traités localement (topiquement) trois fois par semaine sur une période de 2 à trois semaines (analoguement au comportement du consommateur).
  • L’effet éclaircissant sur les tissus traités fût évalué quantitivement pour le contenu en mélanine en utilisant le “solvable melanin assay” et la mesure spectrophotométrique.
  • Les résultats montrent que les tissus traités topiquement avec les substances éclaircissantes demeuraient plus clairs que les cultures de contrôle (traitées à l’eau). Ces dernières, en effet, sont devenues progressivement plus pigmentées en maintenant leur morphologie épithéliale normale.
  • Les tissus traités montraient une réduction variable de la quantité de mélanine (12-21%) en comparaison avec les tissus contrôles (traités à l’eau).

Commentaire:

  • Le modèle MelanoDerm ™  permet d’avoir un bon compromis entre:
    • la culture in vitro classique (qui se contente de cellules isolées sans que les tissus environnants puissent interagir entre eux) et
    • la culture in vivo (qui pose souvent des problèmes éthiques (experimentation animale et chez l’homme), surtout dans l’industrie cosmétique.
  • Toutefois cette technique n’est probablement pas aussi précise in vivo, que cela soit chez l’homme ou l’animal.
  • In vitro: Il s’agit probablement de la meilleure méthode. C’est une technique bien supérieure à des cultures isolées, ou les conclusions extrapolées sont difficiles à verifier et conceptualiser in vivo.

Contributeurs:
Dr Christophe Hsu – dermatologue. Genève, Suisse

Source de l’information: M Bachelor, B Breyfogle, E Gustafson and M Klausner MatTek Corporation, Ashland, MA, USA. An epidermal model containing functional melanocytes for skin lightening and pigmentation disorder studies. International Investigative Dermatology (IID) 2013 – Edimbourg, Royaume-Uni.


Category : Pigment Reasearch Using In Vitro Models - Modifie le 05.17.2013Category : Recherche dans le domaine de la pigmentation in vitro - Modifie le 05.17.2013